Zero Knowledge Proof : fonctionnement et cas d’usages

Zero Knowledge Proof

Les preuves à divulgation nulle de connaissance (ZKP pour Zero Knowledge Proof en anglais) représentent une avancée majeure en cryptographie. Cette technologie permet de confirmer la véracité d’une affirmation sans avoir à révéler cette information. Les ZKP ont été introduits par Shafi Goldwasser, Silvio Micali, et Charles Rackoff en 1985. Les ZKP ont ouvert la voie à de nouvelles applications dans le domaine de la sécurité numérique et de la préservation de la confidentialité.

Définition et contexte historique du Zero Knowledge Proof

Un ZKP est un mécanisme qui permet à un individu (le prouveur) de prouver qu’une information est vraie à un autre individu (le vérificateur) sans révéler aucun autre détail. Le principe a été initialement proposé dans l’article fondateur “La complexité de connaissance des systèmes interactifs de preuve,” et a évolué pour inclure des applications pratiques dans divers domaines.

Fonctionnement des Zero Knowledge Proof

Les ZKP reposent sur trois composantes clés :

  1. Le témoin : Information secrète que le prouveur veut prouver sans révéler.
  2. L’interrogatoire : Série de questions formulées par le vérificateur pour tester la connaissance du prouveur sans accéder au témoin.
  3. La réponse : Processus par lequel le prouveur démontre sa connaissance du témoin sans le divulguer.

Applications concrètes des Zero Knowledge Proof

  • Transactions blockchain anonymisées : Par exemple, Zcash utilise des ZKP pour permettre aux utilisateurs d’effectuer des transactions où seuls les transferts de valeur sont enregistrés, sans révéler les détails des parties ou les montants impliqués.
  • Authentification sécurisée : Les ZKP permettent aux individus de prouver certains attributs, comme l’âge ou la citoyenneté, sans exposer des documents identifiants.
  • Preuve de solvabilité sans exposition de bilan : Dans le secteur financier, une entreprise peut prouver qu’elle possède suffisamment d’actifs pour couvrir son passif sans révéler les détails exacts de ses actifs ou passifs.
  • Vérification de conformité réglementaire : Une société peut démontrer qu’elle respecte certaines normes réglementaires sans divulguer ses processus ou ses données internes.
  • Élections sécurisées : Utilisation des ZKP pour permettre aux électeurs de prouver qu’ils ont voté sans révéler pour qui ils ont voté, augmentant ainsi la sécurité et l’intégrité des processus électoraux.
  • Gestion des identités numériques : Les ZKP peuvent être utilisés pour gérer des identités numériques de manière plus sûre, permettant aux utilisateurs de prouver des aspects de leur identité sans exposer de données sensibles.

Avantages des Zero Knowledge Proof

  • Protection de la vie privée : Les ZKP permettent de vérifier des informations sans compromettre la confidentialité personnelle ou commerciale.
  • Sécurité accrue : Ils minimisent les risques de fuite de données sensibles pendant les processus de vérification.
  • Universellement applicable : Les ZKP sont utilisables dans une multitude de secteurs, y compris la finance, la santé, et le droit.

Défis techniques et perspectives des Zero Knowledge Proof

Les défis principaux incluent la complexité computationnelle et l’intégration dans les systèmes existants. Les recherches futures doivent se concentrer sur l’optimisation des protocoles pour les rendre plus accessibles et moins coûteux à implémenter.

 

Conclusion

Les preuves à divulgation nulle de connaissance sont bien plus qu’un outil cryptographique, elles sont une avancée significative vers une société numérique plus sécurisée et confidentielle. Alors que le paysage numérique continue de se développer, l’intégration et l’innovation autour des ZKP seront cruciales pour relever les défis futurs en matière de sécurité des données et de confidentialité.

Les cryptos pour les nuls – BFMTV

Les cryptos pour les nuls. Défi relevé ?

Lors de la matinale du 20/03/2024 sur BFMTV, Enzo Hallot, CEO de Crypto Patrimoine, a pris le temps d’expliquer le Bitcoin et les crypto-monnaies, visant à rendre ces concepts souvent complexes plus accessibles au grand public.

Voici les principaux points abordés :

Accessibilité et fractionnement du Bitcoin

Enzo a souligné qu’un des avantages majeurs des crypto-monnaies est la possibilité d’investir avec de petites sommes. Il a expliqué que contrairement à l’idée reçue, il n’est pas nécessaire d’acheter un Bitcoin entier, mais que des fractions infimes, appelées “Satoshi”, sont disponibles pour permettre à chacun de participer à ces marchés.

Prudence et éducation financière

Enzo a également mis en garde contre les risques associés à ces investissements, notamment pour les jeunes investisseurs. Il a insisté sur l’importance de se renseigner et de comprendre les projets sous-jacents à chaque crypto-monnaie avant d’investir.

Les multiples fonctions du Bitcoin

Notre CEO a détaillé les différentes fonctions du Bitcoin en tant qu’actif diversifié. Il l’a décrit comme une unité de compte, un moyen de paiement et une réserve de valeur, soulignant ainsi sa polyvalence dans le paysage financier actuel.
En résumé, Enzo Hallot a offert un guide structuré pour les débutants intéressés par le Bitcoin et les crypto-monnaies. Il a souligné l’importance de l’éducation financière, de la prudence et de l’accès à des conseils professionnels dans ce domaine.

 

Ne manquez plus aucun de nos contenus et interventions, abonnez-vous à notre newsletter.

Crypto et produits structurés

Le 20 février 2024 sur BFM Business, Enzo Hallot, CEO de crypto patrimoine, a abordé le thème du rapprochement entre les produits structurés et les cryptomonnaies, avec un focus particulier sur le Bitcoin. La discussion, animée par Lorraine GOUMOT et Amaury de Tonquédec, a permis d’apporter un nouvel éclairage sur ce sujet d’actualité dans le secteur de l’investissement.

Enzo Hallot a expliqué que la hausse des taux d’intérêt a revigoré l’intérêt pour les produits structurés, en particulier ceux qui offrent une garantie de capital à 100%. Ces produits, sécurisants pour les investisseurs, peuvent désormais être inclus dans les contrats d’assurance-vie, ouvrant de nouvelles voies pour les épargnants.

Notre CEO a également fait remarquer l’existence de produits dérivés sur le Bitcoin, dotés d’une liquidité suffisante pour développer des stratégies d’investissement ciblées comme les options, les swaps, les futures et les forwards. Cette possibilité technique d’intégrer le Bitcoin dans une assurance-vie via des produits structurés présente un intérêt notable.

Toutefois, il a mis en lumière plusieurs défis, dont la notation des émetteurs pour les produits d’assurance-vie, la disposition des assureurs à intégrer ces produits dans leur portefeuille, et la rareté d’émetteurs de haute qualité qui se lancent dans la création de produits structurés basés sur le Bitcoin pour les particuliers

Nous ne pouvons que vous inviter à voir son intervention complète et nous suivre sur YouTube pour ne pas en louper dans le futur.

DeFi – Définition | Histoire | Perspectives

DeFi définition

Définition de la DeFi :

La Finance Décentralisée, ou DeFi, apporte un changement radical au secteur financier. Elle s’appuie sur la technologie blockchain et les contrats intelligents pour offrir un nouveau modèle de transactions financières et de gestion d’actifs. Ce nouveau modèle supprime l’intervention des banques centrales ou d’autres intermédiaires financiers traditionnels. Ces systèmes promettent plus d’accessibilité, de transparence et d’efficacité, redéfinissant ainsi le paysage financier global.

Histoire de la DeFi :

2015 – Lancement d’Ethereum

En lançant Ethereum, les développeurs ont introduit les contrats intelligents, marquant un tournant majeur. Les smart contracts ont rendu possible la création de nombreuses applications décentralisées. Cette innovation a posé les jalons pour le développement ultérieur de la finance décentralisée, favorisant une ère d’expérimentation et d’innovation.

Avant 2017 – Les Premiers Protocoles DeFi

Durant cette période, des protocoles innovants tels que MakerDAO ont vu le jour. Ces premiers projets ont exploré les possibilités de la finance décentralisée, notamment dans les domaines du prêt et de la création de stablecoins, jetant ainsi les bases pour les développements futurs.

2017 – Le Boom des ICO et des DEX

Durant cette année, la finance décentralisée connaît une croissance rapide. L’essor des Offres Initiales de Jetons (Initial Coin Offering) et des échanges décentralisés (DEX) commence en 2017. Des projets tels que Aave et le réseau 0x ont mené cette vague. L’écosystème de la finance décentralisée s’est diversifié et a attiré un public plus large.

2018 et au-delà – Vers des Fonds Mutualisés

Après 2017, l’évolution s’est orientée vers des modèles de fonds mutualisés. Des protocoles comme Uniswap et Compound ont révolutionné le trading de cryptomonnaies et les services de prêt, introduisant des innovations significatives en termes de liquidité et d’efficacité.

2020 – Le Test de Stress et l’Expansion de la DeFi

La pandémie de COVID-19 a testé la robustesse du secteur de la finance décentralisée. Malgré les challenges, la finance décentralisée a connu une croissance significative, notamment avec l’émergence du yield farming, qui a attiré de nouveaux investisseurs et a stimulé l’innovation dans le secteur.

2021 – La DeFi Multichain

Durant cette année, les solutions de finance décentralisée se sont étendues à d’autres blockchains que Ethereum. On retrouve entre autres Binance Smart Chain, Avalanche et Solana. Cela à favorisé une diversification et une croissance accrue du secteur. La finance décentralisée a également commencé à attirer l’attention des régulateurs financiers en raison de sa popularité croissante.

2022- La DeFi Institutionnelle

En 2022, la finance traditionnelle s’est davantage intégrée avec la DeFi. Les institutions financières explorent des partenariats et des intégrations avec des plateformes de DeFi. Cela a contribué à une meilleure reconnaissance de la finance décentralisée dans le grand public.

2023 – La technologie DeFi, une Innovation constante

Jusqu’en 2023, la DeFi a continué de mûrir, améliorant la gouvernance des protocoles, la sécurité et l’interopérabilité entre les différentes blockchains. Les enjeux restent, notamment en ce qui concerne la réglementation et la sécurité des utilisateurs, mais l’innovation continue de pousser le secteur vers l’avant.

Perspectives et Avenir de la DeFi

Les perspectives de la finance décentralisée sont vastes et prometteuses, représentant une évolution significative dans le monde de la finance. Envisageant l’avenir, plusieurs domaines clés se dessinent, offrant un aperçu de ce que pourrait être le paysage financier avec une adoption accrue de la DeFi.

La DeFi et l’Inclusion Financière

Un aspect révolutionnaire de la DeFi est sa capacité à fournir des services financiers à ceux qui sont actuellement non bancarisés ou sous-bancarisés, en particulier dans les pays en développement. Grâce à la finance décentralisée, l’accès aux services financiers de base pourrait être grandement amélioré, réduisant ainsi les inégalités financières

Démocratisation des Finances grâce à la DeFi

Les perspectives de la finance décentralisée sont vastes et prometteuses, représentant une évolution significative dans le monde de la finance. Envisageant l’avenir, plusieurs domaines clés se dessinent, offrant un aperçu de ce que pourrait être le paysage financier avec une adoption accrue de la DeFi.

Intégration de la DeFi avec les Systèmes Financiers Traditionnels

À mesure que la DeFi mûrit, on peut s’attendre à une intégration croissante avec les systèmes financiers traditionnels. Cette convergence pourrait aboutir à de nouvelles formes de produits financiers et à des modèles économiques hybrides qui combinent le meilleur des deux mondes.

Régulation et Sécurité

L’avenir de la DeFi sera probablement fortement influencé par l’évolution de la réglementation. Mettre en place des cadres réglementaires adaptés est essentiel pour assurer la sécurité des utilisateurs et la stabilité du système financier, tout en préservant les principes de décentralisation.

Technologie Blockchain et Innovations

Les avancées continues dans la technologie blockchain pourraient stimuler davantage l’innovation dans la DeFi. La mise en œuvre de solutions de scalabilité, d’efficacité énergétique et de sécurité renforcée ouvrira de nouvelles possibilités pour les applications DeFi.

Finance Institutionnelle et DeFi

L’intérêt croissant des institutions financières envers la DeFi pourrait les amener à créer des produits institutionnels. Ces produits offriraient une plus grande sécurité et conformité réglementaire. Cela pourrait également encourager une adoption plus large de la finance décentralisée par les investisseurs institutionnels et les grandes entreprises.

Interoperabilité et Standards 

L’avenir de la DeFi dépendra aussi de sa capacité à intégrer différents blockchains et systèmes. L’établissement de normes et de protocoles d’interopérabilité facilitera les échanges entre diverses blockchains et augmentera la fluidité des transactions DeFi.

Inclusion de Nouvelles Classes d’Actifs

La DeFi pourrait inclure de nouvelles classes d’actifs, telles que des tokens non fongibles (NFTs) et d’autres actifs numériques innovants, offrant aux investisseurs de nouvelles opportunités et diversifiant le marché financier.

Éducation et Sensibilisation à la DeFi

Pour une adoption généralisée, une sensibilisation accrue et une éducation autour de la finance décentralisée sont cruciales. Cela implique de rendre la DeFi plus accessible et compréhensible pour le grand public.

Défis Éthiques et Environnementaux

La DeFi doit également s’attaquer aux questions éthiques et environnementales, notamment en ce qui concerne la consommation énergétique des blockchains et l’impact social de la finance décentralisée.

Transactions Instantanées et Sécurisées

La DeFi améliore considérablement la vitesse et la sécurité des transactions financières. En automatisant de nombreuses fonctions financières, les contrats intelligents garantissent des transactions transparentes et fiables. Les taux d’intérêt sont déterminés par la demande, créant un système plus équitable et inclusif.

Technologie Neutre vs Faillibilité Humaine

Contrairement aux systèmes financiers traditionnels, la DeFi fonctionne de manière neutre et automatisée grâce à la technologie blockchain. Cela réduit les risques liés aux erreurs humaines, aux fraudes et aux délits d’initié, renforçant ainsi la confiance dans le système.

Responsabilité Partagée

Dans la DeFi, les utilisateurs sont responsables de leurs fonds et actifs, ce qui encourage la responsabilité personnelle. Cela nécessite le développement d’outils pour prévenir ou couvrir les erreurs humaines, tout en offrant une plus grande autonomie financière.

Scalabilité et Défis Technologiques

La DeFi est confrontée à des défis de scalabilité, notamment en ce qui concerne la capacité des blockchains à gérer un grand nombre de transactions. Les problèmes liés aux délais de confirmation et aux frais de transaction doivent être résolus pour permettre une adoption plus large.

Stabilité et Liquidité

La stabilité des blockchains hébergeant des projets DeFi est essentielle pour garantir la stabilité du système financier décentralisé. De plus, la liquidité reste un défi, car le marché DeFi n’est pas aussi vaste que les systèmes financiers traditionnels. La stabilité des blockchains hébergeant des projets DeFi est essentielle pour garantir la stabilité du système financier décentralisé. De plus, la liquidité reste un défi, car le marché DeFi n’est pas aussi vaste que les systèmes financiers traditionnels.

Transformation Digitale Continue

La DeFi n’est qu’un aspect de la transformation numérique en finance. L’automatisation de la blockchain simplifiera les processus financiers et permettra aux particuliers de jouer un rôle plus actif. Les organisations financières traditionnelles devront évoluer pour fournir une valeur ajoutée en fournissant des informations de qualité et un excellent service client.

Évolution des Espaces de Travail

Les métiers de la finance évoluent rapidement vers des rôles axés sur la technologie, la blockchain et les données. Les compétences recherchées incluent l’orientation client, la flexibilité et la collaboration, reflétant la transformation en cours dans le secteur financier.
En résumé, l’avenir de la DeFi est marqué par un potentiel immense de transformation et d’innovation dans le secteur financier. Son impact pourrait s’étendre bien au-delà des frontières traditionnelles de la finance, redéfinissant les moyens par lesquels les individus et les entreprises interagissent avec les services financiers. Toutefois, pour que ces perspectives se concrétisent, il est impératif que les défis liés à la régulation, à la sécurité, à l’éducation et à l’éthique soient abordés de manière proactive.

 

Notre engagement en tant qu’experts est de guider nos clients à travers ce paysage complexe, en veillant à ce qu’ils soient bien équipés pour prendre des décisions éclairées et capitaliser sur les opportunités offertes par la DeFi.

Retrouvez le webinaire sur la finance décentralisée réalisé par notre CEO Enzo Hallot.

Cryptomonnaies et pays en voie de développement

Représentation des apports de la cryptomonnaie pour les pays émergents

Cryptomonnaies et pays émergents

Les cryptomonnaies ont gagnées en popularité ces dernières années en tant que formes de monnaies numériques décentralisées. Alors que leur utilisation s’est répandue dans le monde entier, certains voient en elles une solution potentielle pour les pays en voie de développement. Dans cet article, nous explorons comment les cryptomonnaies peuvent offrir des avantages significatifs aux économies émergentes et aux populations des pays en développement.

En effet, certains pays en voie de développement disposent d’un taux de bancarisation extrêmement faible. Dans les pays de la CEMAC (Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale comprenant Le Cameroun, le Gabon, le Tchad, la République Centrafricaine, la République du Congo, et le Guinée Equatoriale) le taux de bancarisation était de 15% selon l’étude « Le secteur bancaire en Afrique » de la Banque Européenne d’Investissement de 2020. Toujours selon la Banque Européenne d’Investissement, le taux de bancarisation de l’Afrique subsaharienne serait de 43%. Ce taux bien que significativement supérieur, reste toujours relativement faible.

Ce faible taux de bancarisation induit donc plusieurs problèmes sous-jacents. Que ce soit en termes de sécurisation de transactions, d’exclusion sociale et financière, de transparence et de lutte anti-corruption. Les cryptomonnaies et par extension la technologie blockchain offrent donc des atouts très importants pour ces pays en ce qu’elles offrent des réponses à ces problématiques.

 

L’accessibilité financière

Tout d’abord l’accessibilité financière. L’un des avantages majeurs qui lient cryptomonnaies et pays émergents réside dans leur capacité à fournir une solution financière accessible à tous. L’accès aux services financiers traditionnels étant très limité pour une grande partie de la population. Les cryptomonnaies permettent aux individus d’effectuer des transactions et de stocker de la valeur sans avoir besoin d’un compte bancaire traditionnel. Tout ce dont ils ont besoin est un appareil connecté à Internet, ce qui élargit considérablement l’accès aux services financiers.

Les cryptomonnaies peuvent également jouer un rôle clé dans l’inclusion financière des populations marginalisées. Les cryptomonnaies offrent une alternative en permettant aux individus d’effectuer des paiements, d’épargner et d’accéder à des services financiers de base de manière transparente et sécurisée. Cela peut contribuer à réduire la pauvreté et à stimuler la croissance économique dans ces régions.

 

Réduction des frais de transfert

Les cryptomonnaies peuvent également réduire les frais de transaction associés aux transferts d’argent internationaux. Dans de nombreux pays en développement, les travailleurs migrants envoient régulièrement de l’argent à leur famille dans leur pays d’origine. Les frais de transfert traditionnels peuvent être élevés, réduisant ainsi d’autant le montant d’argent réellement reçu par les bénéficiaires. Les cryptomonnaies permettent des transferts d’argent rapides et peu coûteux. Ces spécificités techniques améliorent l’efficacité des envois de fonds et augmenter les sommes reçues par les bénéficiaires.

 

Lutte contre l’inflation

L’inflation est également un défi majeur pour les pays en voie de développement dont l’économie est souvent fragile. Les cryptomonnaies peuvent offrir une alternative en tant que réserve de valeur plus stable. Le manque de confiance dans les institutions peut également donner aux cryptomonnaies une image plus sûre / prédictible en termes d’inflation ou déflation monétaire.

 

Stimuler l’innovation

L’adoption des cryptomonnaies peut également stimuler l’innovation technologique dans les pays en voie de développement. Les infrastructures technologiques nécessaires à l’utilisation des cryptomonnaies, telles que l’accès à Internet et les appareils mobiles, peuvent favoriser le développement d’autres secteurs technologiques. De plus, les technologies sous-jacentes aux cryptomonnaies, comme la blockchain, offrent des opportunités pour des applications dans des domaines variés tels que la finance, l’éducation, la santé et bien d’autres. Nous avons justement récemment évoqués les apports des actifs numériques et de la blockchain dans la logistique.

Un cas notable est celui du Salvador. En effet en 2021, le président Nayib Bukele a décidé d’adopter Bitcoin comme monnaie légale du pays. Il s’agit du premier pays à adopter une cryptomonnaie comme monnaie à cours légal. Le pari est double en dépit du risque important de volatilité. Tout d’abord offrir une meilleure inclusion bancaire à une population faiblement bancarisée. Stimuler l’économie du pays en permettant à des investisseurs du secteur de pouvoir s’implanter dans le pays. Il s’agit de la première expérimentation du genre qui à provoquer de nombreuses controverses internationales. En effet, les Etats-Unis y sont très hostiles, car le Salvador avait abandonné sa monnaie nationale pour le dollar américain. Les plus fortes critiques vinrent notamment du Sénat américain et du Fonds Monétaire International qui a plusieurs fois mis en garde le Salvador en raison de la volatilité de Bitcoin. L’expérience s’avère pour l’instant positive pour ce pays.

Les cryptomonnaies et pays émergents font d’autant meilleur ménage en ce qu’elle peut à la fois apporter à la population, mais également à la croissance par l’innovation technologique. Les économies plus développées y voient pour l’heure moins d’intérêt même si elles savent qu’elles ont tout intérêt à se positionner le plus tôt possible, comportement que l’on retrouve très nettement en France.